Quelques Mots, une noyade.


Déchirure interminable. J’ai l’âme qui se perd dans un ouragan de douleur. C’est si intense que je perds pied dans la réalité, que je me noie à l’intérieur de vagues de désespoir. Je me laisse submerger par ce tourbillon d’émotions incontrôlables qui m’arrachent le cœur.
La noyade est simple, dure à souhaits.

C’est de ces douleurs qui vous font perdre la raison, qui vous entraînent dans un autre monde où la joie est prohibée. Un monde de peur et de chagrin continu.. Un endroit sombre, où trônent indéfiniment tout les malheurs de la terre, de l’univers tout entier.

Tu t’éloigne, tu me fuis, je me meurs de cette souffrance incommensurable. Les larmes coulent, roulent, billes translucides décorant ma peau diaphane de sillons salés.

Je rejoue dans ma tête les derniers moments ou j’ai entendu ta voix. Pas de ” je t’aime “, un simple ” salut ” froid, impersonnel. Tu as décidé de me tuer à coups de mots tranchants, me tailladant le cœur avec plaisir presque, avec bonheur. Qui es-tu ? Ou du moins, qui es-tu devenu ? En dehors de cet être différent, qui met de la distance entre nos deux cœurs, nos deux âmes.


Passant la langue sur mes lèvres entrouvertes, je goûte à mon suicide sentimental, me noyant petit à petit dans la mer de mon propre tourment.​

Aucun commentaire

Enregistrer un commentaire